Publication dans Nature Communications

Addiction à la cocaïne: Rôle de Maged1 au-delà du circuit cérébral de la récompense



La dépendance aux drogues est considérée comme une maladie psychiatrique qui se manifeste par une tolérance accrue, une consommation compulsive et une perte de contrôle, et qui provoque chaque année presque 12 millions de morts, soit plus que tous les cancers réunis.

L'origine de cette maladie psychiatrique repose sur des facteurs génétiques et environnementaux. La composante génétique de la vulnérabilité d'une personne à l’addiction est de 40 à 60% et concerne des gènes liés aux systèmes de neurotransmetteurs, tels que la dopamine, la sérotonine,  les récepteurs opioïdes, nicotiniques et cannabinoïdes. L’addiction se traduit, suite à la prise de drogues, par une augmentation artificielle de la dopamine,  le neurotransmetteur lié au système de la récompense dans le cerveau.

Dans une étude précédente, l’équipe d’Alban de Kerchove d’Exaerde (WEL Research Institute – ULB) avait découvert, grâce à des modèles murins, le rôle central d’un gène insoupçonné dans la dépendance à la cocaïne : Maged1.

Dans cette nouvelle publication, l’équipe a démontré que la région du cerveau où le gène Maged1 jouait un rôle essentiel dans l’addiction  était en dehors du circuit de la recompense généralement associé à l’addiction aux drogues, ce qui était complétement inattendu. Les mécanismes qui sous-tendent les effets majeurs de Maged1 dans la dépendance à la cocaïne impliquent des modifications épigénétiques spécifiques avec une influence majeure sur l’expression de nombreux autres gènes. Dans des modèles murins, l’inhibition d’un des nouveaux gènes identifiés comme partenaires de Maged1 pour ces modifications épigénétique, USP7, abolit des comportements addictifs.

Pour étudier la pertinence des mécanismes identifiés chez la souris pour l’homme, une analyse génétique a été réalisée sur des échantillons sanguins prélevés chez des patients dépendant à la cocaïne en collaboration avec une équipe de psychiatres de l’Université de Paris Cité. Un polymorphysime de Maged1 et USP7 a été mis en évidence et suggère une corrélation avec la vulnérabilité des comportements liés à l’addiction en réponse à la cocaïne.  

Réference:  Cheron et al., Histone H2A monoubiquitination in the thalamus regulates cocaine, Nat Commun (2023) 14 : 8481

Source : Communiqué de presse ULB

Illustration : Colin Davis on Unsplash

Partager cette news